Les Directions de Services Numériques succèdent progressivement au Directions des Systèmes d’Information, les Services Informatiques se font rares. Les Directeurs des Services Numériques ont désormais leur place dans les Comités Stratégiques et Instances de Direction. Leurs interlocuteurs privilégiés sont les Directions Générales et les Directions Métiers.

Les services numériques deviennent source de valeur ajoutée à travers :

-          La mise à disposition de services à valeur ajoutée pour le patient (Ex. Portail patient, pré-admissions en ligne, accès aux résultats d’examens, paiement en ligne, échanges sécurisés avec l’équipe médicale, etc.)

-          La fluidification du parcours du patient / de l’usager et la continuité de sa prise en charge (ex. esanté, bornes d’accueil, etc.)

-          La facilitation du travail des professionnels (Mobilité, solutions ergonomiques, facilité d’appropriation, aide à la prise en charge, télémédecine, intégration des dispositifs biomédicaux,  etc.)

-          La contribution à la QVT (Télétravail, solutions matérielles et logicielles adaptées et valorisantes, valorisation des tâches, etc.)

-          La valorisation des données, véritable patrimoine de l’organisation

-          Des services innovants et différentiateurs (Ex. Télémédecine, Portail patient, Contrôle de l’acuité visuelle à distance pour les patients atteints de DMLA, etc.)

-          Amélioration des l’efficience et des performances de l’organisation à travers des outils de gestion et de pilotage adaptés

 

Les projets numériques relèvent d’une démarche d’établissement, car le numérique devient stratégique et capital, il implique l’adhésion et la coopération entre tous les acteurs et nécessite l’urbanisation du système d’information et son maintien à l’état de l’art.

De ce fait, le processus d’évolution du Système d’Information se doit d’être maîtrisé par les Directions Générales et les Directions Métiers. Il n’est plus le pré carré des DSI. Cela n’implique pas d’amener ces Directions vers la technicité, mais de leur permettre de bien comprendre :

-          Les enjeux du numériques

-          Les risques inhérents aux solutions numériques et la nécessité de les maîtriser (Cf. Cybercriminalité, Maîtrise des données nominatives, Appropriation des solutions par les équipes, Fiabilité et Disponibilité des solutions, etc.)

-          L’offre du marché et l’état de l’art

Depuis plusieurs années les établissements sanitaires et médico-sociaux se sont ainsi progressivement engagés dans une informatisation croissante de la prise en charge et du suivi des patients et des usagers. Ce phénomène va s’accélérant avec la numérisation de la société, mais également et surtout compte-tenu des impératifs de continuité de la prise en charge, dans un contexte d’optimisation et de rationalisation des ressources. A titre d’exemple, les hôpitaux sont amenés à optimiser les durées de séjour, avec une préparation en amont de l’hospitalisation (pré-admissions) et un suivi post hospitalisation des patients. Cela ne peut se faire qu’avec des solutions et des outils numériques, partagés avec les patients, usagers et partenaires et pleinement intégrés dans les organisations et les modes de fonctionnement, tout en préservant la sécurité des systèmes d’information.

Si l’on évoque le Big Data ou l’intelligence artificielle, il faut appréhender des notions telles que la gouvernance de la donnée dont les organisations sont souvent loin.

Enfin, il faut également tenir compte du législateur qui a souhaité créer un cadre renforcé et harmonisé de la protection des données personnelles, avec le Règlement Européen de Protection des Données Personnelles (RGPD).

Se doter d’un système d’information performant, cohérent, ergonomique, fiable et sécurisé nécessite une démarche projet d’élaboration d’un Schéma Directeur du Système d’Information.